Acouphène et stress

une femme qui se bouche l'oreille car elle souffre beaucoup avec son acouphène

Acouphène et stress

Qu’est-ce que l’acouphène ?

L’acouphène est un symptôme (donc pas une maladie) qui consiste en la perception d’un bruit dans une oreille, les deux ou dans la tête, sans qu’il y ait de stimulation auditive dans l’environnement. C’est le système auditif qui génère lui-même ce bruit.

L’acouphène peut se manifester d’un côté ou des deux côtés, être présent en continu ou par intermittence, avec ou sans hyperacousie (intolérance au bruit) et peut être de tous types : sifflement, bourdonnement, bruit aigu, grésillement, battement..

Il s’agit d’un bruit permanent qui dure plusieurs jours, mois ou années. Un bruit bref, qui disparaît en quelques minutes, n’est pas un acouphène chronique et peut être quelque chose de fréquent et banal.

Il existe deux types d’acouphènes :

Dans 5% des cas, les acouphènes peuvent être entendus par le médecin ou spécialiste consulté. On les appelle des acouphènes « objectifs ». Leur cause est généralement identifiable (flot sanguin, mouvement musculaire, etc) et on peut intervenir et traiter le patient.

Dans 95% des autres cas, l’acouphène est sans cause évidente, purement « subjectif ». Dans ces cas, le son n’est audible que par la personne elle-même. Les causes et symptômes physiologiques sont à ce jour mal cernés, ils sont donc plus difficiles à traiter que les acouphènes objectifs. Le but de l’accompagnement thérapeutique dans ce cas va consister à développer un processus d’habituation et de défocalisation.

L’acouphène se vit différemment, est plus ou moins bien toléré en fonction de l’émotionnel de chacun…De la simple gêne, à l’intrusion permanente, handicapant la vie quotidienne, l’acouphène peut affecter la qualité de vie, avoir pour conséquences des difficultés pour s’endormir, de l’irritabilité, des difficultés pour se concentrer et provoquer des états d’anxiété pouvant mener à la dépression.

Quelle est l’origine de l’acouphène, sa cause?

L’acouphène n’est pas une maladie en soi. Il s’agit d’un symptôme pouvant être lié à un endommagement des cellules de l’oreille interne ou à un dysfonctionnement du système auditif central.

C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de commencer par faire un bilan complet avec un médecin/ORL afin potentiellement de détecter une pathologie.

Les facteurs le plus souvent liés à d’acouphène peuvent être :

  • Un bouchon de cérumen
  • La vieillesse de l’oreille (presbyacousie)
  • La baisse de l’audition
  • L’exposition excessive au bruit (traumatisme sonore par exemple lié à l’écoute prolongée de musique à fort volume)
  • La prise de certains médicaments
  • Une blessure à la tête ou au cou
  • Une lésion du nerf auditif
  • Un problème vasculaire
  • Une maladie spécifique (par ex. la maladie de Ménière ou l’otospongiose) ou autre trouble spécifique

La consultation médicale a pour but de détecter ce potentiel dysfonctionnement générateur de l’acouphène.

Lien entre Stress et acouphène ?

Pour traiter l’acouphène, connaître son origine ne suffit pas. L’acouphène chronique n’est pas uniquement lié à problème d’oreille, il va dépendre des fonctions émotionnelles et psychologiques de l’individu acouphénique. 

En effet, si l’on compare deux personnes, l’une plutôt de nature relaxe, l’autre anxieuse, lorsque l’acouphène va se manifester chez la première, il va sans doute s’en aller tout seul, alors que, chez la seconde, il y a plus de chance qu’il s’installe. Le caractère gênant, voire invalidant de l’acouphène, dépend de la façon dont le CORTEX (cognitif) et le cerveau limbique (émotionnel) traitent le signal sonore. Quand l’acouphène arrive sur un terrain déjà anxiogène, il se pérennise facilement.

De plus en plus d’études mettent en évidence un lien entre le stress et l’acouphène. En effet, il semble que l’acouphène soit plus fort et plus dérangeant pendant des périodes de stress. En outre, il semble que l’acouphène puisse apparaître à la suite d’un évènement particulièrement stressant et pénible émotionnellement (deuil, une période difficile au travail, etc).

L’accompagnement thérapeutique permet de prendre en compte l’individualité au travers de l’aspect émotionnel et psychologique.

Comment traiter, soulager les acouphènes ?

L’accompagnement thérapeutique permet développer un processus d’habituation et de défocalisation.

Notre environnement est plein de bruits et nous ne pourrions pas vivre avec tous ces bruits présents dans le cerveau sans le processus de filtre. Tous les sons sont détectés et traités par les centres auditifs. Ceux-ci sont en lien direct avec le système limbique (émotionnel) qui lui-même est en lien avec le système nerveux autonome.

Par exemple, le son du clocher de l’église est détecté, traité et perçu comme « il est midi ». Le bruit va ensuite disparaître tout naturellement, il va être neutralisé. Le cerveau filtre les sons afin que les bruits sans intérêt pour nous soient neutralisés automatiquement.

Un signal sonore, tel que celui de l’acouphène, non identifié est un signal d’alerte, pouvant être un danger ou une menace éventuelle. Chez un sujet anxieux, stressé, ce son va générer une émotion négative excessive (inquiétude par rapport à une éventuelle maladie par ex.) qui va elle-même générer une réponse de stress et d’anxiété et venir renforcer l’intensité de l’acouphène. C’est une sorte de boucle infernale.

« Je me suis mise à écouter mes oreilles.. mon attention était focalisée sur ce bruit. Je me suis épuisée à l’écouter. Un cycle de plus en plus négatif c’est ensuite installé. J’étais fatiguée, incapable de faire face à toutes mes obligations. Je développais une mauvaise image de moi, une certaine colère envers moi, les autres, la vie.. Je pleurais souvent. J’avais parfois des fortes crises d’angoisse. Je me sentais en danger, en insécurité…. Que vais devenir ? Est-ce que cela va durer, encore s’aggraver ? et, en même temps, il y avait au fond de moi de l’espoir, toujours de l’espoir…. » (extrait livre de Patricia Grévin – Acouphènes, les soulager avec la sophrologie). Comme en témoigne cet extrait, l’acouphène peut nous plonger dans la spirale négative qui amplifie encore la situation, le stress.

Habituation : rendre le signal neutre et non perturbant

Le processus d’habituation consiste à devenir indifférent au symptôme, c’est-à-dire faire en sorte que le cerveau considère l’acouphène comme étant un bruit neutre. Ainsi l’acouphène n’entraînera plus aucune réaction du système nerveux car la fonction filtre sera rétablie.

Cela signifie que le sujet doit ne mettre plus aucune émotion négative sur son acouphène.

Défocaliser : ouvrir le champ de conscience

La défocalisation permet d’élargir le champ de conscience de l’individu acouphénique afin qu’il porte son attention sur autre chose et qu’il retrouve ses propres ressources.

L’habituation et la défocalisation vont permettre de remettre un filtre sur l’acouphène (neutraliser).

L’acouphène est considéré comme un symptôme de douleurs chroniques par le monde médical. Plus nous focalisons sur la douleur, plus la douleur est forte. C’est le même processus pour l’acouphène.

Sophrologie et acouphène

La sophrologie est une pratique remarquable pour l’accompagnement sur la voie de la défocalisation et de l’habituation notamment pour les personnes stressées et très tendues.  En effet, elle aide à rétablir le bon fonctionnement du système nerveux parasympathique, participant ainsi au bon équilibre émotionnel et nerveux.

Le cerveau ne traitant plus cette sonorité parasite, elle n’est plus gênante et il s’instaure une indifférence au symptôme.

Cette pratique contribue ainsi à faire disparaître la connotation émotionnelle négative de l’acouphène, à rendre le signal neutre et non perturbant.

Apprendre à se détendre (mise en place de reflexe détente), à mieux respirer et à avoir des techniques anti-stress à disposition vont être des axes importants dans l’accompagnement sophrologique. Il sera aussi essentiel de travailler sur le fait d’apprivoiser ses émotions, de comprendre son système émotionnel et de devenir plus serein, plus soi en exprimant ce que l’on ressent.

Vous souhaitez aller plus loin, obtenir plus de renseignements sur la pratique de la sophrologie et l’acouphène, n’hésitez pas à me contacter.

Lien utile : France Acouphènes https://www.france-acouphenes.org/